Projet pédagogique

Dans la mise en oeuvre de son projet pédagogique, Espérance banlieues revendique une singularité : combiner, jour après jour, au sein d’une véritable communauté de vie d’adultes et d’enfants, un enseignement, une éducation et un attachement à la culture française. C’est donc la cohérence des actions relevant des trois piliers qui vient apporter aux enfants l’énergie, la sérénité et la sécurité nécessaire à leur croissance.

Nous souhaitons mettre en oeuvre une pédagogie pragmatique, fondée sur l’expérience et l’expérimentation. L’expérience pédagogique est celle de grands noms de l’éducation qui se sont dévoués en priorité aux enfants défavorisés, aux heures des grandes mutations des sociétés contemporaines : Don Bosco, Baden Powell, Maria Montessori, Pierre Faure.

Une exigence académique

Mettre du sens au cœur de tout apprentissage

Nous nous inspirons de la pédagogie du sens conscient. Nos professeurs veillent à instaurer de bonnes habitudes pour faciliter l’apprentissage en développant les cinq gestes mentaux : se concentrer, mémoriser, comprendre, réfléchir, imaginer. Ces gestes mentaux se travaillent. Le meilleur outil est l’évocation : nous percevons des choses grâce à nos sens et nous avons la capacité de les traduire en images mentales. Cela nécessite d’ouvrir consciemment ses perceptions sensorielles. La verbalisation est essentielle, d’où la nécessité d’un vocabulaire riche.

Percevoir la beauté du monde avec ses 5 sens.

S’exprimer avec un langage précis et un vocabulaire riche.

Aller du concret à l’abstrait et à son rythme.

Mettre les élèves en situation de recherche.

L’ensemble de notre enseignement mobilise les dimensions physiques, intellectuelles, affectives et spirituelles de l’élève afin de favoriser sa concentration, sa compréhension fine et sa mémorisation à long terme.

« Les connaissances qu’on a cherchées restent, celles qu’on n’a pas cherchées se perdent. »

Baden Powell

Susciter la joie d’apprendre

Nous privilégions la responsabilité et l’autonomie de chaque élèves grâce à un enseignement personnalisé.

Les enfants sont heureux de travailler par eux-mêmes et d’être responsables de leur travail. La joie de grandir passe par l’action et l’action engage tout l’être. L’engagement est un acte personnel, une décision personnelle.

Avec l’enseignement personnalisé, chaque personne apprend par elle-même à être et à devenir plus qu’elle n’est. C’est une prise de conscience progressive de sa personnalité de son existence personnelle unique et précieuse. 

Devenir toujours plus conscient, plus responsable de ses actes, de soi-même et des autres.

Comment cela se traduit en classe? Des professeurs disponibles, des enseignements par matière réalisés en plans de travail détaillé et remis aux enfants.

« Dans les moments de travail, observateur actif et attentif de chacun et de tous, le professeur guide, oriente, remet sur les rails, mais en se gardant bien d’agir ou de penser à la place des élèves. »

Pierre Faure

S’entraîner encore et encore

Les tests, par leur nature et leur fréquence, sont une condition du bon apprentissage. Pratiquer des évaluations fréquentes, différenciées et régulières est donc un facteur de progrès.

Le partis pris de l’encouragement détermine le statut de l’erreur, qui est une composante importante de l’apprentissage.

« La stratégie la plus efficace consiste à distribuer les apprentissages : un peu chaque jour. Révisons, encore et encore. Apprendre ne suffit pas, encore faut-il consolider afin que le contenu de l’apprentissage devienne automatique, inconscient, réflexe. »

Stanislas Dehaene

Un accompagnement éducatif

Appartenir et développer ses responsabilités

L’uniforme est une marque d’appartenance à l’école dont chaque élève tire une fierté et une responsabilité. Il ne se distingue pas des autres par sa tenue vestimentaire, mais il sait que toute son attitude doit honorer la tenue que le directeur lui a remis solennellement.

Le port de l’uniforme efface les inégalités sociales entre les élèves et permet de représenter fièrement son école.

Les services rendus chaque jour à l’école montrent à chaque élève que sa coopération est nécessaire au bon fonctionnement de l’école. Chacun prend soin de l’école et s’attache donc à l’école car il est responsable de la bonne tenue des locaux, du matériel ou de l’organisation des activités communes. 

« Afin de réussir, les élèves ont besoin d’avoir un sentiment d’appartenance à leur école. »

Jane Nelsen & Lynn Lott

Les règles de vie communes forment un cadre que les adultes partagent avec les enfants et les familles autour de trois mots clés: la fermeté qui traduit notre volonté d’apporter la sécurité nécessaire , la bienveillance qui  signifie notre attachement à toujours rechercher le bien, et l’encouragement qui veille à toujours donner le courage d’aller plus loin, plus haut.

Les équipes éducatives suscitent l’agir positif des élèves à de multiples occasion : spectacles, exposés, solidarité… L’agir positif se nourrit d’autonomie et de responsabilité. Au fil de la scolarité, les élèves se voient confier, à l’échelle de la classe puis de l’école, des responsabilités réelles dont l’exercice contribue au bon fonctionnement de la classe ou de l’école. Entretenir une spirale vertueuse est la stratégie privilégiée pour tirer le collectif vers le haut et le bien.

Entretenir une continuité entre l’école et la maison

Les temps éducatifs communautaires réunissent les adultes et les enfants pour construire une relation de confiance qui aide à grandir: repas pris en commun, jeux pendant la récréation, temps de relecture à l’occasion des avis du soir, assemblées du matin, randonnées du vendredi …. sont autant de moments privilégiés pour partager les joies, les fiertés, les peines et les déceptions.

La relation avec les parents vise à créer les conditions d’une continuité entre ce qui se vit à l’école et ce qui se vit à la maison. Apprendre à se connaître, à communiquer, à exprimer ses émotions, coopérer pour le bien des enfants et celui de l’école est essentiel pour entretenir la confiance fondée lors de l’inscription.

Au quotidien, l’alliance avec les familles se caractérise par la communication de points concrets de progrès entrepris, ou à entreprendre. Les élèves et leurs parents sont accueillis tous les jours à la grille de l’école par le directeur ou la directrice, ce qui est l’occasion d’un échange direct.

Rechercher l’unité avec les parents pour donner un cadre stable, prévisible et cohérent aux enfants.

Au fil de l’année, cette alliance bienveillante avec les familles se construit par une participation des familles à des célébrations conviviales et joyeuses au sein de l’école.

Participer à la vie d’une petite société : l’école

L’école est le premier lieu de vie au sein duquel l’enfant puis le jeune adolescent apprennent à se connaître et à vivre en relation avec d’autres enfants.

Au sein de chaque cycle, les élèves appartiennent à des équipes ou des équipages, dans lesquels ils trouvent une émulation et un esprit de collectif. Les équipes ont le plus souvent un nom de personnalité historique auquel chaque élève peut s’identifier.

Elles sont le lieu privilégié de l’esprit de camaraderie et des services rendus à l’école. En effet, ce sont des lieux d’amitié, de coopération de complicité inter âges où les plus âgés exercent des responsabilité vis à vis des plus jeunes pour les service comme pour les jeux. 

Les jeux sur la cour de récréation et les jeux de société sont l’occasion avec les adultes – professeurs, éducateurs ou bénévoles – d’apprendre à coopérer ou à se confronter en respectant des règles, que l’on gagne ou que l’on perde.

Les sorties à l’extérieur de l’école permettent d’aller à la rencontre d’autres personnes, vulnérables parfois, de se rendre utile, de découvrir des lieux, des paysages, des métiers nouveaux qui ouvrent l’horizon de la curiosité et de l’émerveillement. 

Dans les écoles Espérance banlieues, Chaque enfant qui revêt l’uniforme de son école, se rassemble auprès du mât des couleurs, chante avec les autres l’hymne national, rend des services à la communauté de l’école, joue selon les règles, s’engage à se montrer exemplaire auprès des plus jeunes, scelle en son cœur les pierres angulaires de sa citoyenneté.

Un attachement à la culture française

Connaître son pays

Apprendre à dire « notre pays, la France », parce que nous le connaissons, nous l’aimons et nous prenons part à son destin dès aujourd’hui.

Chaque école répond à l’invitation de la mairie pour la participation aux cérémonies patriotiques annuelles ou exceptionnelles afin de témoigner de la reconnaissance pour ceux qui ont sacrifié leur vie pour que la France demeure au fil des siècles.

Les élèves sont invités à s’inscrire dans la mémoire vivante de France à travers la connaissance de notre histoire, de notre géographie, de tout ce qui fait aussi le tissu de notre civilisation française: les paysages et les paysans, les artisans et les métiers, la gastronomie, les saveurs et les senteurs.

Ils sont encouragés à participer aux cérémonies patriotiques, honorer ceux qui servent la France aujourd’hui comme hier en montant nos couleurs, en chantant notre hymne national, en allant à la rencontre de ceux qui servent, protègent, défendent la France.

Les plus grands vont rendre visite aux anciens, participent à des activités de solidarité auprès des plus vulnérables et se forment au secourisme pour être prêt à aider à son tour. 

Nul ne peut s’attacher à son pays, à l’Europe, à l’humanité s’il ne s’est d’abord enraciné dans une famille, dans une école, une ville qui sont le terreau des premiers émerveillements de l’enfance.

Fréquenter les chefs d’oeuvre

Le sentiment d’appartenance naît et se nourrit de la connaissance et de l’admiration que les enfants porteront à l’histoire, la géographie et la culture française. La vie de l’école accorde une place prioritaire à la fréquentation de chefs d’œuvres du patrimoine local, régional et national. Cette fréquentation vise à toucher le cœur des élèves qui doivent connaitre cette culture et s’en sentir les héritiers.

Apprendre à s’émerveiller devant les œuvres du patrimoine français que nous recevons en héritage et que nous transmettons.

Pratiquer les arts du spectacle vivant et relever ensemble des défis

Le sentiment d’appartenance à la France est d’autant plus enraciné qu’il est fondé sur une incarnation de la culture à travers la découverte puis la pratique régulière et exigeante des arts du spectacle vivant : théâtre, chant, danse, musique, en partenariat avec des professionnels.

En pratiquant la musique, la danse, le théâtre, le chant, les enfants découvrent la joie de recevoir en héritage la culture française et de la partager ensemble puis avec d’autres à l’occasion de représentations publiques.  

A l’occasion de rencontres sportives ou culturelles avec d’autres écoles du réseau Espérance Banlieues, ils apprennent à repousser leurs limites, à découvrir de nouveaux horizons, à mettre en valeur ses connaissances et à rechercher l’excellence

C’est pour moi, pour chacun de nous, aujourd’hui que Jean de La Fontaine, Pierre Corneille, Antoine de Saint-Exupéry ont écrit.

Les élèves du Cours Antoine de Saint-Exupéry étaient sur la scène de l’opéra royal en janvier 2019. Découvrez ici les coulisses de cette aventure incroyable pour les élèves.



Newsletter

Suivez toutes les actualités du réseau Espérance banlieues en vous abonnant à notre newsletter.

Nous respectons votre vie privée.
Accepter les cookies !

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

En savoir plus sur la confidentialité.