Manifeste

Nous avons déjà créé 17 écoles, dans ou à proximité des quartiers prioritaires de la Nous avons déjà créé 17 écoles, dans ou à proximité des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), car nous refusons d’accepter que les inégalités scolaires et culturelles soient une fatalité. Nous poursuivrons notre action tant que ces fractures perdureront.

Aujourd’hui, 80 000 jeunes sortent du système scolaire français sans qualification[1]. Dans les réseaux d’éducation prioritaire,50% des élèves de 3ème n’ont pas la moyenne à l’examen écrit du brevet[2]. La fréquentation du patrimoine est de plus en plus liée au milieu social et moins d’un jeune sur deux, âgé de 15 ans, a visité un lieu culturel[3]. Plus de 40 % des jeunes de ces 1500 quartiers prioritaires sont au chômage[4].

Cette situation injuste engendre tensions et conflits. Pour cette raison, nous accordons une attention particulière à chaque enfant afin qu’il puisse découvrir ses talents et les développer ensuite au sein de la société française.

Acteur complémentaire de l’Education nationale, nous répondons à un enjeu d’équité scolaire et culturelle.

Nous agissons pour prévenir le décrochage scolaire dès le plus jeune âge. Nous voulons transmettre aux enfants des quartiers un enseignement et une éducation de qualité, favorisant une vie sociale apaisée.

Nous agissons pour favoriser l’intégration réussie des jeunes et de leur famille dans la société française. Nous sommes convaincus que pour vouloir construire ensemble l’avenir d’un pays, apprendre à le connaître et à l’aimer est un prérequis. Nous aidons les jeunes à grandir pour devenir des citoyens libres et responsables, capables de s’engager avec fierté pour bâtir leur futur et celui de leur pays.

Nous démontrons qu’à l’échelle locale, nous réduisons ces inégalités scolaires et culturelles. En fin de CP, 98% des élèves des écoles du réseau présentent une maîtrise satisfaisante de la lecture des mots à voix haute, à comparer au taux de 60% en réseaux d’éducation prioritaire (REP), et 68% de moyenne nationale tous secteurs confondus [5] . Aussi, 97% des parents d’élèves recommandent l’école de leur enfant[6].

Nous appelons à une mobilisation collective pour lutter contre ces disparités. Nous nous adressons particulièrement aux professeurs, aux élus, entreprises et associations locales qui souhaitent répondre au défi éducatif de ces quartiers. Rejoignez-nous au service des enfants, de leur avenir, de notre avenir commun et apaisé.


[1] Source : education.gouv.fr 2019 ;
[2] Source : ministère de l’Education nationale, 2018 ;
[3] Source : ministère de la Culture, 2018 (Enquête nationale sur les pratiques culturelles)
[4] Source : ONPV 2019 (Observatoire National de la Politique de la Ville) ;
[5] Source : DEPP 2020 (Evaluations 2020. Repères CP, CE1 : premiers résultats)
[6] Source : Enquête IFOP 2021 menée auprès des parents d’élèves des écoles Espérance banlieues

Quelques chiffres clés



Newsletter

Suivez toutes les actualités du réseau Espérance banlieues en vous abonnant à notre newsletter.

Nous respectons votre vie privée.
Accepter les cookies !

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

En savoir plus sur la confidentialité.