Espérance banlieues et l’Ecole Polytechnique ont noué un partenariat en 2020. C’est ainsi que des élèves polytechniciens de première année réalisent leur stage de Formation Humaine et Sociale au sein d’une école Espérance banlieues. Deux univers se rencontrent et se font grandir mutuellement. Nous vous proposons aujourd’hui de partir à la rencontre de Luc. Polytechnicien en 1ère année, il a choisi l’école Espérance banlieues à Toulon, le Cours Eric Tabarly. Il vient de finir son stage et nous raconte son expérience.

“Ce qui m’a le plus marqué, ce sont les relations avec les enfants”

Vous avez passé plusieurs mois au sein de l’école, quelles étaient vos principales missions ?

Il y a une grande dimension éducative qui m’a beaucoup plu. J’étais en classe le matin pour soutenir la maîtresse et accompagner les élèves les plus en difficulté.  C’est dans ces moments-là que j’ai le plus appris personnellement, et d’ailleurs, j’aimerais devenir professeur plus tard. Les après-midi, je travaillais auprès de l’association de pilotage de l’école. Je menais des actions de communication ou de recherche de fonds. J’ai eu la chance d’intégrer une école plutôt jeune, où tout est encore à faire !

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué pendant ces quelques mois ?

Ce qui m’a le plus marqué, ce sont les relations avec les enfants, ce qu’on découvre à leur sujet au fur et à mesure. Au début, j’accompagnais des enfants que je trouvais compliqués à gérer. Un peu plus tard, j’accompagnais toujours ces enfants, mais je connaissais les problèmes profonds auxquels ils faisaient face, qu’ils soient familiaux ou scolaires. Je pouvais donc personnaliser l’aide que j’apportais à chacun.

A la fin de la semaine, le vendredi soir, je rencontrais les familles. Cela m’a permis de me rendre compte de l’importance du contexte familial pour l’épanouissement des élèves à l’école.

Que pensez-vous du modèle proposé par Espérance banlieues ?

Pour les élèves des écoles Espérance banlieues, le modèle me semble plus que pertinent. Pour certains, c’est presque miraculeux. Quand je vois la progression scolaire des élèves entre le début de mon stage et aujourd’hui, c’est incroyable. Il faudrait pouvoir faire bénéficier plus d’élèves des bienfaits du modèle, sans toutefois toucher au nombre d’élèves par classe et par établissement, car les petits effectifs sont un vrai atout pour les élèves.

>> Découvrez le témoignage de Luc en vidéo :

“Faire découvrir des personnages historiques français aux élèves”

Pouvez-vous nous parler d’un projet que vous avez mené en particulier ?

J’étais responsable de la mise en place des ateliers « Personnage Mystère » qui avaient lieu chaque semaine. Tous les matins, je révélais un indice pour guider les élèves dans leur recherche.

Le lundi, je donnais uniquement la profession du personnage ou bien ce pourquoi il était reconnu. Le jour suivant, je donnais des informations sur les dates de naissance et de décès. Enfin le jeudi, il s’agissait d’éléments clés ayant marqué sa vie ainsi que quelques-unes de ses qualités morales. Les élèves enquêtent ainsi toute la semaine et votent pour le personnage mystère qu’ils pensent avoir découvert.

Ces ateliers remplissent plusieurs objectifs. Tout d’abord, ils permettent de faire découvrir aux enfants des personnages importants du patrimoine français pouvant leur servir de modèle. Par ailleurs, l’enquête implique les élèves dans un processus de recherche actif.

>> Pour en savoir plus sur les ateliers « Personnages Mystères », Luc raconte en vidéo :

Vous êtes-vous attaché à ces élèves ?

Je sais déjà que je veux garder des liens avec le Cours Eric Tabarly. Je me suis attaché à l’équipe et aux élèves dont je me suis occupé. J’ai envie de voir comment vont grandir ces enfants, de savoir ce qu’ils vont devenir et ce qu’ils peuvent devenir.

Un grand merci à Luc, pour s’être engagé pour la réussite de nos élèves. Son énergie et sa créativité ont été d’un précieux soutien pour les équipes pédagogique et associative du Cours Eric Tabarly.